NewsSite

ASSA, LA NAISSANCE D’UNE MARQUE

Il y a quelques jours, une jeune créatrice nous expliquait comment sa rencontre avec Trend & Tendance avait changé sa vie. Aujourd’hui, elle nous explique comment, grâce à cette rencontre, elle a eu le courage et l’inspiration nécessaires pour créer sa marque de toutes pièces : ASSA, accompagnée par notre société.

Après mon voyage à Paris, j’étais certaine que j’étais capable de soulever des montagnes et il était grand temps de se mettre au travail. Avec Trend & Tendance, nous avons commencé à travailler ensemble. Je pensais à l’avenir sans pour autant savoir ce qu’il me réservait. Mon obstination et mon désir de faire toujours mieux m’ont permis de voir plus loin et d’achever des tâches titanesques. Ensemble nous avons commencé à construire une marque de toutes pièces. La première étape était de construire, d’isoler son ADN, son identité propre. C’était difficile, terriblement difficile.

Je cousais déjà 15 robes par jour, à la main si nécessaire, pour visualiser mes idées, trouver le style parfait. J’ai pu déléguer une partie du travail, et me consacrer un peu plus à l’observation ce qui me permettait de comprendre quelles robes les clients avaient envie de voir naître de mes mains. Je ne pouvais pas tout faire seule et je ne savais pas comment être responsable de toute cette organisation. Cela a été un défi énorme de faire disparaître mes inquiétudes, non pas grâce aux mots ou aux impressions des autres, mais grâce à ce que je pensais et faisais vis-à-vis de moi-même. Et surtout grâce à ce que je voulais. Il fallait analyser et formuler quelque chose de compréhensible et de significatif. Laisser naître cette toute nouvelle partie de moi, la laisser parler. Ecrire une histoire, pas littéralement, mais presque.

A ce stade, j’avais l’impression de ne rien savoir de moi-même. Je n’appréciais pas ce que j’avais et je me sentais vide. Je traversais un véritable enfer, que j’aurai pu simplement éviter en m’accordant moi-même quelques mots gentils de temps en temps. Mais je n’ai rien dit. Je n’ai rien trouvé à me dire. Quand tout ce qui vous vient à l’esprit semble être à propos de vous-mêmes, de vos activités… Vous avez vite l’impression qu’en fin de compte, vous ne l’avez pas fait pour vous mais toujours pour quelqu’un d’autre, pour que quelqu’un d’autre se sente bien, pour que quelqu’un d’autre soit reconnaissant, satisfait de votre travail. Et vous dans cette histoire ? Oui… Et moi dans tout ça ? Je n’avais pas l’habitude de faire les choses pour moi, mais ça a changé. Je savais que je pouvais le faire ! Ce printemps 2019 a été long, difficile, éprouvant, mais il m’a apporté l’essentiel.

Au milieu de tout un tas d’articles de presse se trouvait un article sur le film SUMMER, qui m’a rendue nostalgique des années 80… Et c’est là que le miracle s’est produit, que le chef-d’œuvre de ma vie est né : ASSA. Un mot de quatre lettres rouges. Sur une photo en noir et blanc, ces quelques traits criaient pour eux-mêmes toutes les choses que j’avais cherché à dire depuis le début. On a ajouté à ces mots une combinaison dramatique de couleurs : du blanc, du noir, du rouge… Toute une rébellion photographique ! La parole de mon mentor m’est venue de Paris. Et je me suis lancée, il n’y avait plus à hésiter. Et elle est là, dans chaque détail, dans chaque ligne : merci Ludmila. La coopération avec Trend & Tendance a porté ses fruits, je ne le savais pas à l’époque, mais c’était pour moi un véritable objectif à atteindre.

La voici, ASSA, elle est née comme ça, d’une collaboration avec Trend & Tendance. Elle est une prolongation de moi. Elle est… A la fois protestation et harmonie, contraste et nuance, lutte et résistance, défi et attraction, provocation et retenue, le feu et la glace. Elle est cette partie de moi, dont j’ai enfin réussi à être fière.

ASSA était née, il me fallait maintenant la présenter à Paris. Je devais une somme importante en vertu d’un contrat avec une agence internationale. J’ai fait de mon mieux. L’argent, c’est juste de l’argent. Nous avons donc convenu de reporter le paiement et avons suspendu notre travail commun avec Trend & Tendance. En six mois, j’ai fait trois collections différentes. Mais à chaque instant ce que je faisais me semblait être la bonne chose à faire. On se sent parfois piégé face à de telles ambitions, comme si ce qu’on n’a pas encore fait était impossible à faire, comme si seul on ne pouvait pas lutter contre les géants de ce monde. Je le fais toujours pourtant, et chaque jour mon expérience s’accroît. Je prends des décisions, que le temps me révèlera être bonnes ou mauvaises. C’est comme ça. C’est en essayant qu’on se perfectionne. Je savais à présent que j’arriverai à l’idéal, j’en étais convaincue, je savais que je sentirai quand les choses seraient claires et parfaites pour moi.

En Novembre 2019, j’ai reçu un message m’invitant à venir à Paris pour présenter ma marque au plus haut niveau. A l’ambassade, devant les hauts fonctionnaires, devant la communauté internationale. Pendant deux semaines j’ai essayé de me décider, j’attendais de savoir si j’allais y aller ou non. Cela représentait un coût… Et je ne pouvais compter que sur moi-même, comme toujours. J’appelle Ludmila qui me conseille et après notre conversation, je décide de partir. Je crée une ligne d’hiver ASSA en quelques jours avec mon équipe que je ne remercierai jamais assez de m’avoir soutenue et de s’être si rapidement rassemblée pour m’aider. On a fait un film et un polygraphe, tout cela en quatre jours ! Et me voilà, prête et en route. C’était génial ! J’ai enchainé les avions, les taxis, les préparatifs de la présentation, les déjeuners et les conversations sincères avec Ludmila. Je me souvenais de cette phrase magique, « nous avons le temps » et cela m’apaisait.

Quand l’heure de la présentation arrive, tout est génial. Les bonnes impressions se multiplient, la fatigue cependant les surplombe un peu. Je dors quelques heures à l’hôtel avant de reprendre un autre taxi. Une correspondance confuse sur WhatsApp m’accompagne, puis un avion et trois heures passées au volant plus tard, me voilà de retour à Novgorod. Mais nous avons réussi. Ce voyage éclair m’a permis de payer ma dette internationale, calmement et facilement, il était temps pour moi de passer à autre chose, d’aller de l’avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.