NewsStyle

8 NUANCES DU FASHION WEEK A PARIS

1. Semaine en bref . La « Fashion Week » de Paris depuis déjà plusieurs saisons ne rentre pas dans le calendrier officiel. Cette année les défilés de l’automne ce prolongent sur 9 jours avec 10 défilés quotidiens en moyenne. Les défilés commencent à 10 heures, et à un débit d’ un par heure, la journée se termine à 21 heures. Il faut prévoir une demis heure de retard, car la mode n’est pas très ponctuelle ! Les défilés sont tenus aux différents endroits de la ville, et sont accessibles que pour les pro et que sur invitation. Les principaux endroits sont les hôtels cinq étoiles du « triangle d’or » en passant par les musées ( le Palais de Tokyo et le Grand Palais sont les préférés des créateurs) et les temples (le leader incontesté de cette catégorie est L’Oratoire du Louvre). En parallèle avec le programme officiel , il y a une multitude de défilés « off », présentations pop-up store, cocktails, salons et showrooms. La blague préférée des professionnels de la mode est la suivante: Would you like some champagne? – Oh, no, it reminds me my job too much! – (Champagne – Oh, non, merci! Il me fait penser à mon travail!)

2. Le créateur de la semaine. Maria Grazia Curie est devenu le nouveau directeur artistique de la légendaire Maison Christian Dior. Cela a mis fin à son binôme créatif avec Pierpaolo Piccoli, qui reste en solitude chez Valentino. Maria Grazia Currie entre dans l’histoire de « mode » comme la première femme qui est venue travailler au 30, Avenue Montaigne, l’adresse célèbre. Sa première collection a obtenu un succès incontestable, par rapport à ses prédécesseurs . Fraîche, constructive, sa collection joue avec les célèbres dresse-codes traditionnels de la Maison Dior et est orienté vers l’avenir. Ce que combine parfaitement le féminisme du XXIe siècle avec la féminité.

3. Style de la semaine – néo-déconstructivisme. Ses fondateurs sont les célèbres designers japonais Yohji Yamamoto et Rei Kawakubo. Leur collection parisienne des années 80 ressemblait à une caricature des vêtements européens. Par la suite la collection japonaise était appelée «destructuree look»- absence de symétrie de silhouette, en contraversion avec le «bon goût». New Wave déstructurée avait balayé les podiums pendant des saisons et des saisons. La mode était dirigée par des stylistes- provocateurs de VETEMENT d’ou des nouveaux trends en streetstyle, mais méticuleusement travaillés. Sans doute les créateurs avait oublié , que la plupart de leurs clients, n’a plus ses 18 ans… Il fallait donc ajuster les créations en les rendant plus acceptables sans être banales , avec une légère note de protestation contre les dogmes classiques. Il y a cette tendance dans presque chaque collection présentée cet automne. On y voit de l’asymétrie, une mixtures des matières inattendues, des formes oversize, ce que efface la séparation entre les sexes.

4. Design de la semaine – la manche. La forme fétiche des épaules nues tellement vue l’année dernière a laissé place à la manche- lanterne, à celle d’une forme allongée médiévale ou étendue à partir du coude comme chez Sonia Ryliel,ou d’une forme luxueuse « Gigot » comme chez Elie Saab, ou comme simple origami chez Rahul Mishra, ou celle qui fait penser à l’époque de Renaissance comme chez Alexander McQueen.

5. La collection la plus bouleversante. Dans sa première collection pour Yves Saint Laurent Anthony Vaccarello a présenté des robes en cuir noir avec les bustiers transparents en tulle noire. L’Italien se déclara ainsi comme un digne successeur du grand rebel de la Rive Gauche qui avait auparavant choqué le publique respectable de Paris par ses inoubliables smokings pour femmes!
Ainsi il est permis de se dénuder comme si les seins nus qui été considérés avant plutôt comme des outils de séduction ou comme des armes de féministes militantes, se transforment en une simple partie du corps, qui peut être affichée à même mesure que les bras, les épaules ou le dos. Tous les designers nous invitent à oublier les soutiens-gorges ou les opérations plastiques: nous somme belles telles que nous sommes !

6. L’accent sur les accessoires. Malgré quelques similitudes il n’y a pas de tendance principale de la semaine de prêt-à-porter. Tous les designers par contre sont unanimes sur l’emploi des accessoires. Il y en a deux à distinguer en particulier: Chocker est le premier. Comme son nom l’indique (étrangleur ) est un collier serré autour du cou, qui peut être en dentelle sensuelle, ou un simple ruban de velour avec un petit papillon comme chez Christian Dior , ou comme un véritable«collier de chien» avec des cloches comme chez Alexander McQueen . A vous de choisir!

ET une seule longue boucle d’oreille est une autre astuce! Vue au défilé chez Chanel, donc c’est officiel. Cette expression d’asymétrie déconstructiviste peut être très utile pour celles dont les trousses recueillent des dizaines de boucles d’oreilles en solo, voila leurs moment de gloire! Au pire glissez dans une oreille une grande épingle sur laquelle accrochez des plumes, des bagues ou des boutons et comme ça les trend-setters vont vous prendre pour l’une de siennes.

7. Le couvre chef de la semaine. La caquette de baseball et ses variantes est au top. Vous pouvez ranger vos grands beaux chapeaux dans vos armoires. Le temps est venu pour des casquettes de toutes les formes, des bérets, des bachis. Chez la Maison Margiela et MiuMiu on y trouve des bonnets de bains amusants- très à la mode now!

8. Make-up de la semaine – le visage nude. Lolita est devenue la nouvelle version de la femme fatale. Comme si tous les maquilleurs se sont inspirés d’une jeune innocence. Mais l’absence apparente de make-up ne demontre pas, cependant, une négligence de la peau. L’accent est fait sur l’emploie des bases minérales et des reflecteurs qui donnent au visage cette impression d’éclairage intérieur si désirable pour paraître jeune!

texte Tatiana Stolyarova

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.